Canada : les dentistes font plier une compagnie d’assurance pour qu’elle les indemnise suite à la fermeture de leur cabinet

0
16235

Le PDG d’Aviva Canada, Jason Storah, a déclaré que la compagnie d’assurance «maintiendrait» sa couverture pandémique pour les dentistes qui ont suivi les ordres provinciaux de fermer leurs cabinets en raison de l’épidémie de COVID-19.

L’assurance à la communauté dentaire vient deux semaines après que les associations dentaires provinciales ont «fortement recommandé» que des milliers de dentistes suspendent immédiatement tous les services non essentiels et facultatifs ou de routine pour les patients.

Mais après avoir soumis des réclamations à Aviva pour une assurance contre les interruptions d’activité – qui inclut une couverture contre la pandémie – de nombreux dentistes ont été laissés dans l’ignorance de savoir si ils seraient indemnisés, et plusieurs dentistes ont dit que c’était très peu probable car ils avaient fermé « volontairement » leurs cabinets.

Andrea Johnstone, une parodontiste de Toronto, avec sa collègue Sue Chincholi, a lancé une pétition en ligne pour lutter contre le retard dans l’obtention d’une décision concernant leur police d’assurance, et plus de 18 500 dentistes avaient signé mardi matin.

M. Storah a déclaré mardi soir que la société avait reçu « des réclamations d’assurance contre la pandémie liées à COVID-19 sans précédent » de la part des dentistes et que le retard était dû à « un certain nombre d’obstacles juridiques, réglementaires et opérationnels complexes » liés aux réclamations des dentistes. Cependant, a-t-il dit, les obstacles ont été résolus par les ordonnances de fermeture des gouvernements provinciaux pour les services non essentiels.

«Je peux confirmer aujourd’hui qu’Aviva Canada maintiendra bien sûr cette couverture pandémique fournie aux dentistes en ce qui concerne les ordonnances provinciales de fermer tous les traitements dentaires non urgents», a déclaré M. Storah. «Nous publierons des directives et les prochaines étapes prochainement pour les dentistes afin qu’ils puissent chacun soumettre des demandes qui seront évaluées et réglées individuellement. »

Les dentistes se battent pour obtenir des versements d’assurance parce que la fermeture des cabinets est considérée (ndt par les assureurs) comme «volontaire»

Pour le Dr Michael Duchnay, spécialiste en médecine bucco-dentaire à Toronto qui a fermé sa pratique le 15 mars, l’engagement d’Aviva laisse encore beaucoup de questions sans réponse.

L’une de ses principales préoccupations est de savoir si les demandes d’interruption d’exercice seront honorées et rétroactivement au moment où le dentiste a fermé son cabinet conformément à la directive du Collège royal des chirurgiens dentistes de l’Ontario. Il a dit qu’il craignait également que le traitement des demandes individuelles ne soit «potentiellement propice aux abus».

«Bien que cet engagement écrit semble être une évolution positive… il reste incertain l’étendue de la couverture qu’ils ont l’intention de fournir, comment ils entendent traiter la validation des réclamations individuelles et déterminer les pertes et paiements spécifiques, et combien de temps le processus prendra avant le paiement », a déclaré le Dr Duchnay.

« Une grande partie de la substance de cette déclaration préliminaire d’Aviva sera confirmée par les moyens et la rapidité de sa mise en œuvre », a-t-il ajouté. « Il reste une grande urgence à accélérer les choses, afin que les dentistes puissent avoir confiance dans le retour à pratiques après la fin de cette crise. »

L’assurance vendue aux dentistes et aux spécialistes dentaires par CDSPI Advisory Services Inc. et souscrite par Aviva Canada – s’appelle TripleGuardTM Insurance et couvre les titulaires pour les incendies, les vols, la responsabilité et les interruptions de pratique, y compris les circonstances spéciales comme les tremblements de terre et les pandémies.

La police d’assurance dit qu’elle est destinée à «compenser» la perte de revenu lors d’une pandémie. Automatiquement, les assurés ont une couverture d’interruption de pratique jusqu’à 1000 $ par jour après les premières 24 heures (jusqu’à une limite annuelle de 20000 $) lorsqu’il leur est interdit d’entrer dans leur bureau par ordre d’une autorité civile ou d’un responsable de la santé publique.

Pour une prime supplémentaire, les titulaires de police peuvent augmenter la couverture de l’épidémie de pandémie jusqu’à 2500 $ par jour (jusqu’à une limite annuelle de 50000 $) ou jusqu’à 5000 $ par jour (jusqu’à une limite annuelle de 100000 $).

Le CDSPI, un fournisseur de services financiers pour les professionnels dentaires, a déclaré lundi au Globe qu’il travaillait en étroite collaboration avec Aviva pour s’assurer que la société disposait des informations dont elle avait besoin concernant les diverses annonces et recommandations réglementaires du gouvernement provincial émises au cours des dernières semaines.

«Nous sommes ravis que les dentistes qui ont acheté le contrat obtiennent l’allégement financier qu’ils recherchent depuis le début», a déclaré Ed Dermit, président du CDSPI, en réponse à la mise à jour d’Aviva. «C’est le résultat que nous préconisons avec Aviva, au nom des dentistes.»

https://www.theglobeandmail.com/business/article-insurer-says-it-will-pay-dentists-claims-for-pandemic-coverage/?fbclid=IwAR0LgiXHa1wJmARnNWYBnJAwuTHyJnH-w8eQz8_6JX1Z_9vsDTv5hnCQq-o