Quel matériaux de greffe osseuse choisir ?

0
596

La greffe osseuse généralement utilisée dans la phase pré-implantaire est une technique chirurgicale qui permet d’augmenter le volume osseux insuffisant pour la pose d’un implant dentaire.
Cette technique est notamment nécessaire pour les patients manquant de densité osseuse en raison d’un édentement de longue date qui n’aurait pas été traité. Après une perte de dents, on observe un phénomène de résorption osseuse irréversible des os des mâchoires. Cette résorption osseuse est causée par une absence de stimulation de pression sur l’os qui entraîne la disparition de l’os qui est éliminé par l’organisme.

La perte de densité osseuse peut également être causée par des maladies parodontales, des traumatismes ou encore des problèmes génétiques entraînant la perte de certaines dents. Enfin, le tabagisme, une mauvaise hygiène bucco-dentaire et de mauvaises habitudes alimentaires peuvent expliquer un manque de volume osseux dans la mâchoire.

 

Les petits défauts osseux peuvent-ils se régénérer naturellement sans intervention chirurgicale ?
Dans des conditions saines, les petits défauts osseux peuvent se régénérer spontanément sans intervention chirurgicale. Cependant, les défauts ou pertes osseuses importantes, les fractures pathologiques et les infections osseuses dues à des problèmes parodontaux ou à des maladies systémiques peuvent influencer la guérison et la régénération osseuses, nécessitant une intervention chirurgicale et le choix d’un substitut osseux.

Quels sont les critères à prendre en compte pour le choix d’un matériaux de greffe osseuse en dentisterie et en chirurgie buccale et maxillo-faciale pour remplacer ou réparer les défauts osseux ?

Le choix du matériau dépend de facteurs tels que la viabilité, la taille, la forme et le volume du défaut des tissus. Alors que les petits défauts osseux peuvent se régénérer naturellement, les défauts étendus ou les fractures perdues ou pathologiques nécessitent une intervention chirurgicale et l’utilisation d’os de substitution.

L’os autologue, prélevé sur le propre corps du patient, est l’étalon-or pour la greffe osseuse, mais présente des inconvénients tels qu’un pronostic incertain, une intervention chirurgicale sur le site donneur et une disponibilité limitée. D’autres alternatives pour les défauts de taille moyenne et petite comprennent les allogreffes (provenant de donneurs humains), les xénogreffes (provenant d’animaux) et les matériaux synthétiques aux propriétés ostéoconductrices.

Les allogreffes sont des matériaux osseux humains soigneusement sélectionnés et traités, tandis que les xénogreffes sont dérivées d’animaux et possèdent une composition chimique similaire à celle de l’os humain. Les matériaux synthétiques tels que la céramique et les verres bioactifs sont utilisés pour les petits défauts mais peuvent manquer d’ostéoinductance et de moulabilité. Les céramiques à base de phosphate de calcium, en particulier l’hydroxyapatite, sont largement étudiées et couramment utilisées en raison de leur similitude de composition avec l’os naturel. Des composants supplémentaires, tels que des facteurs de croissance, de l’os autogène et des éléments thérapeutiques, peuvent être incorporés dans des échafaudages synthétiques ou xénogéniques pour améliorer leurs propriétés ostéogéniques. Ce tableau synthétise les données actuelles sur les matériaux de greffe en dentisterie, en comparant leurs propriétés, avantages et inconvénients.

Quels sont les facteurs qui déterminent le choix du matériau pour les greffes osseuses en médecine dentaire ?

Le choix du matériau pour les greffes osseuses en médecine dentaire dépend de plusieurs facteurs, notamment la viabilité des tissus, la taille, la forme et le volume du défaut, la biomécanique, la manipulation, le coût, les questions éthiques, les caractéristiques biologiques et les complications associées. L’os autologue est considéré comme l’étalon-or en raison de ses capacités ostéoinductrices et ostéogéniques, mais son utilisation est limitée à des cas spécifiques en raison de la complexité de la procédure, de la technique invasive et du coût. Les autres matériaux utilisés sont les allogreffes, les xénogreffes et les biomatériaux synthétiques, chacun ayant ses propres avantages et limites.

Quels sont les différents types de matériaux de greffe osseuse utilisés en médecine dentaire et comment se comparent-ils les uns aux autres ?
Il existe plusieurs types de matériaux de greffe osseuse utilisés en médecine dentaire, notamment les autogreffes, les allogreffes, les xénogreffes et les biomatériaux synthétiques. Les autogreffes sont considérées comme l’étalon-or en raison de leurs capacités ostéoinductrices et ostéogéniques, mais leur utilisation est limitée à des cas spécifiques en raison de leur procédure compliquée, de leur technique invasive et de leur coût. Les allogreffes sont des matériaux osseux humains soigneusement sélectionnés et traités, tandis que les xénogreffes sont dérivées d’animaux et possèdent une composition chimique similaire à celle de l’os humain. Les matériaux synthétiques tels que les céramiques et les verres bioactifs sont utilisés pour les petits défauts mais peuvent manquer d’ostéoinductivité et de moulabilité. Les céramiques à base de phosphate de calcium, en particulier l’hydroxyapatite, sont largement étudiées et couramment utilisées en raison de leur composition similaire à celle de l’os naturel. Des composants supplémentaires, tels que des facteurs de croissance, de l’os autogène et des éléments thérapeutiques, peuvent être incorporés dans des échafaudages synthétiques ou xénogéniques afin d’améliorer leurs propriétés ostéogéniques. Le choix du matériau dépend de plusieurs facteurs, notamment la viabilité des tissus, la taille, la forme et le volume du défaut, la biomécanique, la manipulation, le coût, les questions éthiques, les caractéristiques biologiques et les complications associées.

Conclusions
La demande croissante de matériaux pour la reconstruction osseuse a stimulé la recherche dans le domaine des biomatériaux, afin d’approvisionner les rares sources d’os autogènes et allogènes disponibles, et d’éteindre le problème de la transmission de maladies que pose l’utilisation d’os d’origine xénogène.

Les matériaux synthétiques ont gagné du terrain auprès des professionnels de la médecine et de la dentisterie en raison de leur facilité de manipulation, de leur injectabilité, de leur autodurcissement et du fait qu’ils sont reproductibles. Leur fabrication à grande échelle, planifiée et modulée est un autre avantage de ces matériaux, car les études s’accordent à dire que la formation osseuse est directement liée à la composition du matériau, à la taille, à la forme et à la porosité des particules, ce qui est difficile à contrôler dans la production de matériaux xénogéniques.

Les nouveaux substituts osseux synthétiques ont démontré un bon comportement biologique dans la formation osseuse par rapport à l’os d’origine xénogénique. Les phases initiales de chaque étude incluent des animaux de taille réduite, tels que des souris et des miniporcs. Au fur et à mesure que la recherche progresse, des animaux plus grands peuvent être inclus, les études sur l’homme constituant la phase finale de l’investigation. Les nouveaux matériaux se trouvent donc encore dans cette phase de la recherche.

Les expériences sur les patients constituent la phase finale de l’étude d’un produit et les matériaux dotés d’une technologie récente ne sont pas encore utilisés ou commercialisés ou sont en cours d’analyse. Il est donc compréhensible que, dans les essais cliniques, les études donnent un résultat statistiquement significatif en faveur des matériaux d’origine xénogénique, qui sont sur le marché depuis plus de 30 ans et sont très bien documentés, leur efficacité étant prouvée.

La nanotechnologie crée des opportunités pour le développement de substituts osseux plus bioactifs, qui libèrent des substances qui améliorent les performances biologiques cellulaires, activent les cascades réparatrices ou inhibent les processus ostéolytiques. Dans les études analysées, les meilleurs résultats en matière de formation de nouveaux os ont été obtenus en incorporant des cellules mésenchymateuses et des facteurs de croissance.

À l’avenir, des études comparatives chez l’homme pourraient révéler si cette évolution des substituts osseux synthétiques sera bénéfique pour une meilleure régénération et un meilleur remodelage avec une quantité et une qualité osseuses supérieures à celles des matériaux d’origine xénogénique, en particulier dans les défauts critiques de plus de 5 mm de diamètre et les défauts osseux qui nécessitent un matériau ayant une plus grande résistance mécanique.

Source :Ferraz MP. Bone Grafts in Dental Medicine: An Overview of Autografts, Allografts and Synthetic Materials. Materials (Basel). 2023 May 31;16(11):4117. doi: 10.3390/ma16114117. PMID: 37297251; PMCID: PMC10254799.